YOTARO AU PAYS DES YŌKAIS

Spectacle joué en japonais lors de sa création au Japon puis en français et en japonais lors de sa reprise en France

Un spectacle de Jean Lambert-wild & Lorenzo Malaguerra

Tabs
Photos
Presse

LES LETTRES FRANÇAISES

Mars 2019

LES LETTRES FRANÇAISES > Jean Lambert-wild au pays des Yōkais

Sans doute l’une des raisons pour lesquelles le metteur en scène Jean Lambert-wild apprécie tant le Japon tient-elle à son amour pour la bande dessinée, dont il possède une grande collection constituée au fil des ans et à laquelle il tient comme à la prunelle de ses yeux. Inutile de préciser que les mangas lui ont déjà livré quelques-uns de leurs secrets, ce qui est aussi une belle manière de mieux pénétrer les arcanes de l’esprit japonais. Venu une première fois travailler et présenter un spectacle de haute facture tiré d’une de ses pièces, Splendeur et lassitude du capitaine Iwatani Izumi (Marion Deperrier en France) avec un interprète incandescent, Keita Mishima, le voici de retour au SPAC (Shizuoka Performing Arts Center) que dirige le metteur en scène Satoshi Miyagi, que son Mahabharata puis Antigone présentés dans la Carrière de Boulbon pour le premier et dans la Cour du Palais des papes pour le second, au Festival d’Avignon, ont définitivement révélé en France.

Jean-Pierre Han

L'Humanité

Février 2019

L'Humanité > Carnet de bord # 7 Yotaro au pays des Yôkais.

Nous voici depuis Shizuoka Performing Arts Center, nous sommes à quelques heures de la première de Yotaro au pays des Yôkais, qui sera en scène du 15 février au 12 mars. Nous sommes très heureux de pouvoir enfin présenter le beau fruit des improvisations dans lesquelles nous nous sommes investis des jours et des jours avec Jean Lambert-wild et Lorenzo Malaguerra. Etant emportés par la passion que prouvaient ces deux artistes en nous rejoignant souvent sur scène plutôt que de rester à leur place les bras croisés. Nous n’avons cessé de trouver, tous les jours dans la joie, de nouvelles propositions afin de rendre les scènes toujours plus intéressantes que la veille. Pourtant, il faut bien dire que ce fut une expérience bien peu familière pour nous.

L'Humanité

Février 2019

L'Humanité > Carnet de bord # 6 Yotaro au pays des Yôkais.

Entre au-delà et en deçà “Mais non Jean, en deçà du pilier!” Ainsi, a passé un ange. C’était vers la fin de la journée car il faisait nuit. Ou peut-être pas, puisque nous étions tous les deux dans le théâtre depuis un moment, un endroit qui n’a pas d’heure. Après avoir admiré ce bel ange, Jean Lambert-wild a éclaté de rire. “Tu sais Aki, tu viens de sortir une expression que plus personne n’utilise en France maintenant ! Bravo!”. Cela fait 10 ans que je travaille en tant que traducteur-interprète et pourtant, je ne cesse de recevoir des remarques de cette sorte. En effet, étant locuteur non-natif et n’ayant jamais vraiment vécu dans un pays francophone, il m’est presque impossible de savoir si telle ou telle expression que j’ai apprise dans les livres est encore utilisée.

L'Humanité

Février 2019

L'Humanité > Carnet de bord # 5 Yotaro au pays des Yôkais.

Quand nous sommes arrivés au Japon pour débuter le travail, l’idée générale était de travailler sur ce monde étrange, mystérieux, drôle et totalement dépaysant des Yôkais. Le mot Yôkai est composé des kanjis 妖, « attirant », « ensorcelant » ou « calamité », et 怪, « apparition », « mystère », « méfiant ». Les Yôkais sont des créatures surnaturelles issues du folklore japonais. On pourrait les comparer à nos esprits, démons ou fantômes, à la différence que chez nous ces êtres-là n’ont pas de caractéristiques très précises. Au Japon, les Yôkais se déclinent par dizaines, si ce n’est pas centaines d’espèces différentes qui sont chacune décrites avec beaucoup de détail. L’autre différence importante est que les Yôkais font partie du patrimoine culturel de tous les Japonais. Dès le début des répétitions et des premières improvisations, nous avons remarqué à quel point les acteurs reconnaissaient les personnages à peine apparaissaient-ils sur scène. Une troisième différence est que ces créatures côtoient les humains en permanence dans leurs vies quotidiennes. Il existe par exemple un Yôkai qui adore ramasser les serviettes qui tombent sous la table.

L'Humanité

Février 2019

L'Humanité > Carnet de bord # 4 Yotaro au pays des Yôkais.

Ray Bradbury raconte dans son recueil « Théâtre pour demain et après » l’histoire d’un vieil homme considéré comme dangereux car il se souvient des choses d’avant : les bonbons, le café, les fruits. Le théâtre aujourd’hui ressemble un peu à ce vieil homme qu’on a envie de liquider au prétexte qu’il porte en lui la mémoire des choses et parfois celle des plaisirs simples. Mais le théâtre est têtu et obstiné comme un âne. Le théâtre est mémoire. Mémoire des grands auteurs qui l’ont construit : Beckett, Eschyle, Koltès, Shakespeare. Mémoire des arbres, des oiseaux, des volcans, des horizons de l’enfance. Mémoire des sons, des mots, des émotions, des histoires de la nuit des temps. Mémoire aussi des bizarreries et des inventions loufoques, des cabinets de curiosité, des fantômes, des morts et des vivants. Le théâtre raconte aussi le présent par le fait même qu’il est forcé de mourir à chaque représentation.

l'Humanité

Février 2019

L'HUMANITE > THÉÂTRE. À SHIZUOKA, LE RETOUR DES YÔKAIS

Jean Lambert-wild le directeur du CDN du Limousin et Lorenzo Malaguerra, le directeur du Théâtre du Crochetan en Suisse présentent ces jours-ci à Shizuoka une création avec les acteurs japonais de la troupe de Satoshi Miyagi. Un spectacle tout public drôle et irrévérencieux.

L'Humanité

Février 2019

L'Humanité > Carnet de bord # 3 Yotaro au pays des Yôkais.

Existe-t-il une manière particulière de travailler avec une troupe d’acteurs ? En France, en Belgique, en Suisse romande et de façon générale dans l’ensemble de la francophonie les projets se construisent avec des équipes formées pour chaque nouveau projet. On ne va pas s’étendre ici sur les raisons historiques du phénomène mais plutôt sur les avantages du travail de troupe – en particulier avec la troupe du SPAC. A noter tout d’abord qu’aucune troupe n’est pareille à une autre et que la qualité du collectif repose sur les qualités individuelles des acteurs, qualités techniques bien sûr mais humaines aussi tant le fait de travailler au quotidien sur un plateau nécessite des personnes capables de faire passer les intérêts du groupe avant les leurs.

L'Humanité

Février 2019

L'Humanité > Carnet de bord # 2 Yotaro au pays des Yôkais.

La quête de Yotaro au pays des Yôkais nous demanda de mettre au point une méthode qui nous libèrait d’un schéma narratif unique. Nous voulions conserver certains des ressorts narratifs simples que l’on trouve dans les Shonen tout en les confrontant aux signes, symboles ou ellipses caractéristiques qu’offrent les conventions théâtrales. La connaissance de certaines histoires, malheureusement peu connues en Europe, comme Ôgon Bat, Fuku Chan ou encore Le Crabe coiffeur, nous fit percevoir toute la richesse qu’offraient les principes du Kamishibai pour associer plusieurs styles narratifs. Nous avions, dans cette technique japonaise de l’art du conte qui utilise des planches cartonnées, les réponses aux besoins de représentations de plusieurs de nos questions. Tout d’abord, la dissociation entre la voix de la narratrice et du narrateur avec le geste des acteurs et actrices nous permettait de construire une version en français et en Japonais sans utiliser de sous-titrage. Cela serait bien utile car nous avions le désir que ce spectacle s’adresse à tous les publics et puisse tourner au Japon tout autant qu’en France et en Suisse. Au besoin nous pourrions même proposer des versions en allemand, en Italien ou dans toutes autres langues si la possibilité nous était offerte de faire vivre cette histoire partout où l’on voudrait bien l’accueillir.

L'Humanité

Février 2019

L'Humanité > Carnet de bord # 1 Yotaro au pays des Yôkais.

Cela fait plus de 10 ans que Satoshi Miyagi et Jean Lambert-wild se connaissent, celui-ci ayant invité la troupe du Shizuoka Performing Art Center (SPAC) à jouer le Mahabharata à la Comédie de Caen – CDN de Normandie. Il y a eu l’invitation faite par le SPAC à accomplir une tournée japonaise de Comment ai-je pu tenir là-dedans, une adaptation de La chèvre de Monsieur Seguin qui avait connu plusieurs centaines de dates de tournée en Europe. Un rapport particulier s’est ensuite noué avec un des acteurs charismatiques de la troupe, Keita Mishima. De cette rencontre est né Splendeur et lassitude du Capitaine Iwatani Izumi, un spectacle écrit et mis en scène par Jean Lambert-wild. Enfin, l’invitation faite lors du World Theatre Festival Shizuoka de Richard III – Loyaulté Me Lie, co-signé par Jean Lambert-wild et Lorenzo Malaguerra, est le dernier jalon de cette collaboration.

Création 

Le spectacle "Yotaro au pays des yōkais" sera créé au SPAC à Shizuoka le 15 Février 2019.

Contact production

Catherine Lefeuvre
Directrice adjointe
catherine.lefeuvre@theatre-union.fr
+ 33 (0)6 74 97 15 22

Contact technique

Claire Seguin​
Directrice technique
claire.seguin0@orange.fr
+33 (0)6 07 12 79 04

Contact presse / Bureau de presse

Fabiana Uhart
fabianauhart@gmail.com
06 15 61 87 89

Contact communication

Angélique Dauny
+33(0)5 55 79 71 85
angelique.dauny@theatre-union.fr

Tournées

Saison 2018/2019

Du 15 Février au 12 Mars 2019
Distribution 

 

Un spectacle de Jean Lambert-wild & Lorenzo Malaguerra

Texte, adaptation , dramaturgie Jean Lambert-wild & Akihito Hirano avec la complicité des acteurs du SPAC

Traduction Hirano Akihito
Interprètes Hirano Akihito, Hiromi Ishikawa

Direction Jean Lambert-wildLorenzo Malaguerra

Avec les acteurs & les atrices du SPAC (Shizuoka Performing Art Center) Konagaya Katsuhiko, Moriyama Fuyuko, Oüchi Yoneji,  Kijima Tsuyoshi , Watanabé Takahiko,  Kiüchi Kotoko,  Mishima  Kéïta, Yoshiüé Soichiro,  Miyagishima Haruka, 
à qui se rajouteront pour la reprise en France Jean Lambert-wild & Aimée Lambert-wild

Musique Jean-Luc Therminarias & Hiroko Tanakawa

Scénographie Jean Lambert-wild

Musique et spatialisation en direct Jean-Luc Therminarias

Régie son  Migita soichiro, Hayashi Tetsuya, Sawada Yukino

Lumières Renaud Lagier

Régie lumière Kobayakawa Hiroya

Costumes Komai Akiko

Réalisation des costumes Takahashi Kayako, Kawai Reiko

Maquillage et accessoires Christine Ducouret

Régie générale Claire Seguin, Uchino Akiko

Régie plateau Furuya kazumi, Moriyama Marie

 Construction du décors Fukasawa Eri, Sato Yosuke, Watanabe Hiroki, Ichikawa Kazumi

Production 

 

Production déléguée  franco-japonaise partagée :

Au Japon Shizuoka Performing Art Center

En France/Suisse/Belgique Théâtre de l’Union – Centre Dramatique National du Limousin

Coproduction Théâtre du Crochetan –Monthey (Suisse)