Presse

L'HUMANITE

Janvier 2019

L'HUMANITE > AU GRAND BONHEUR DES MOTS DITS

Jean Lambert-wild publiait, en 2009, "Comme disait mon père", texte complété par "Ma mère ne disait rien". Michel Bruzat, s’emparant aujourd’hui de ces deux partitions verbales effrénées – qui semblent jaillies de l’esprit d’un enfant mutique repenti –, les met en scène avec l’actrice Natalie Royer, qui les décline avec une véhémence renversante (1). Si on sent chez l’auteur le fumet de l’autobiographie, il est bel et bon que cela soit incarné par une femme sobrement vêtue, le cheveu court, un peu jeune homme quand même. Il s’agit d’abord du discours sans fin d’un père terrible, sous la forme de rafales de sentences, d’apophtegmes, d’aphorismes énoncés avec la joie mauvaise d’un géniteur misanthrope qui tyrannise son monde. C’est ensuite un magnifique portrait en creux de la mère, laquelle, tétanisée en silence, vaquait bénéfiquement dans l’espace domestique. Et le fils savait.

PDF icon humanite.pdf

Jean-Pierre Léonardini